Episode 6-6

Propositions pour un Behaviorisme éclairé

Le behaviorisme aveugle est sans doute l’approche pédagogique la plus en décalage avec les apports actuels des sciences comme avec les missions de service public que nous assignent les collectivités, ou que professe le Schéma National d'Orientation Pédagogique.

Il relègue tant la motivation que l'action de l'apprenant sur son apprentissage, au rang d'option. Il rend le rapport individuel prof-élève surdéterminant et donne tout pouvoir à celui des deux qui a une position déjà structurellement dominante.

Il est un des vecteurs principaux de la violence éducative.

Institutionnalisé et généralisé à un autre siècle dans l'enseignement musical, il porte les valeurs dominantes de la classe qui a imposé pouvoir et idéologie au milieu du XVIIIe siècle dans le monde occidental.

Il est à son image : son apparent universalisme prônant un accès démocratique cache une obligation de conformité, de docilité, d'ordre, d'exclusion de toute pensée divergente. Sous ses dehors inclusifs, il offre en réalité une sélection féroce basée sur l'assimilation à une culture dominante étriquée, maquilleé en promotion d'un pseudo mérite toujours individuel.

Le behaviorisme aveugle instrumentalise tout le monde, prof et élèves, les éloignant de fait de toute notion de créativité artistique ou pédagogique, de toute autonomisation, de toute émancipation.

Il dresse et fossilise.

Il contribue à façonner une idéologie du nivellement, de la compétition et de l'individualisme.

Nous avons pourtant besoin de décortiquer les difficultés, de les abattre les unes après les autres, de répéter, de répéter encore, d’installer des automatismes, de nous libérer de la charge attentionnelle pour justement la focaliser sur un autre domaine que la technique instrumentale.

Si nous ne pouvons totalement nous débarasser de cette approche, alors tentons d'en proposer une version progressiste, consciente des écueils et de ses contre-valeurs d'un behaviorisme qui n'aurait pas été assez interrogé.

Une version que nous appellerons le behaviorisme éclairé.

Pour rompre avec la pédagogie des préalables, commençons par la musique, la sensibilité, l'art. la motivation de l'apprenant pour aller vers la technique et le travail des automatismes, pas l'inverse. Personne n'aurait l'idée d'interdire à un enfant de parler avant de savoir le faire. Les répertoires sont vastes et on peut les augmenter d'arrangements, de compositions, de créations, d'improvisations afin de proposer aux élèves des objets culturels qui les motivent, qui leur donnent envie de vaincre les difficultés qui s'y présenteront, qui donneront du sens à cette démarche.

Là où le behaviorisme instrumentalise tel ou tel répertoire pour faire travailler telle ou telle difficulté préalablement désignée comme prioritaire, le behaviorisme éclairé part des envies de l'apprenant, de sa culture, de ce qui le motive pour ensuite dégager les difficultés qui se pésenteront, en imaginant autant de chemins possibles qu'il y a d''apprenants.

Un élève doit être pleinement conscient des difficultés auxquels il souhaite s'attaquer, pour participer pleinement aux démarches qui vont être engagées pour tenter de les résoudre.

Un enseignant, metteur en oeuvre de situations pédagogiques fécondes pour l'apprentissage, peut ainsi élaborer ses actions avec l'apprenant, lui exposer sa démarche, établir avec lui des critères d'évaluation de ce qui a été entrepris.

Cette attitude en face à face pédagogique éloigne les relations aliénantes, et promeut le sens critique partagé, place l'enseignant en position de chercheur, implique réellement l'apprenant dans sa démarche d'apprentissage. Cela constitue également une promotion de la coopération et éloigne le mythe du prof qui a toujours raison et qui impute chaque échec à l'élève et chaque réussite à sa seule intervention.

C'est une voie qui permet la construction d'une démarche autonome de l'élève. Capable de déceler ses faiblesses et ses erreurs, capable de créer des exercices, d'aller chercher des ressources, des études, des méthodes, capable d'évaluer sa progression ou sa capacité à résoudre des problèmes ou à réaliser des gestes techniques nouveaux, l'élève saura de plus en plus faire face à de nouvelles difficultés ou de nouveaux répertoires, en utilisant seul, cette méthode de découpage pour sa progression.

Cela passe donc également par un travail de l'enseignant pour supprimer les renforcements positifs ou négatifs qui viennent se substituer à la capacité des apprenants à évaluer leur prestation. Les élèves sont trop souvent dans l'attente de nos retours ce qui les empêche mécaniquement de réellement s'interroger sur ce qu'ils viennent de faire. Conscient des difficultés à surmonter, l'apprenant doit l'être également des progrès qu'il accomplit et donc de la validité des méthodes entreprises pour cela. Le renforcement skinérien devient intrinsèque.

Le behaviorisme aveugle organise le découpage des difficultés et des savoirs faire dans le secret du cerveau fertile de l'enseignant ou de celui qui a concocté la méthode sur laquelle l'élève travaille... Le behaviorisme éclairé permet la transparence de la méthode, sa co-construction, sa co-évaluation.

Le behaviorisme aveugle est un taiseux. Il adore l'implicite, les non dits. Le behaviorisme éclairé propose au contraire la transparence dans les méthodes employées, la lumière sur les doutes, les essais, les erreurs, les échecs et les réussites. Il est une méthode exposée au grand jour, proposée et testée tant par le pédagogue que par l'apprenant. Il est une ode au questionnement, à l'expérimentation, à la découverte des pouvoirs fantastiques de notre cerveau.

Il n'en reste pas moins qu'un behaviorisme, même avec la lumière, ne saurait suffire à une démarche pédagogique réellement ouverte, parce qu'il fera toujours l'impasse sur les compétences de haut niveau de la taxonomie de Bloom. Le behaviorisme éclairé ne peut se concevoir comme l'alpha et l'omega de la pédagogie musicale, mais comme une des approches pédagogique dont on peut se servir pour obtenir des gains de compétence.

Si le behaviorisme éclairé fait intervenir la coopération là où son homologue aveugle est seulement descendant, il ne saurait remplacer les approches pédagogiques constructivistes. Il doit se situer à sa place, comme un simple outil, une option dont on peut se servir consciemment, quand on en a besoin.


le behaviorisme est la principale approche pédagogique dans l'enseignement musical : retrouvez nos 6 épisodes en vidéo.

Pour un autre Behaviorisme

Le behaviorisme

Quelques illustrations de l'épisode 6-5